UFC QUE CHOISIR DE LA HAUTE VIENNE

Actualités

Impôts 2021 : ce qui vous attend

Le gouvernement s’est engagé à ne pas augmenter les impôts des Français en 2021. Certaines mesures adoptées en 2020 devraient même permettre à de nombreux contribuables de réduire la note à payer au fisc. Revue de détail.

Modification du barème de l’impôt

Le barème progressif de l’impôt applicable à vos revenus de 2020 comportera toujours 5 tranches de revenus. Mais le taux d’imposition de la 2e tranche sera réduit de 14 % à 11 %. Par ailleurs, les seuils d’entrée des 3e et 4e tranches, taxées respectivement à 30 % et 41 %, seront abaissés. Ces modifications permettront de concentrer la baisse d’impôt (de 5 milliards d’euros) promise par les pouvoirs publics fin 2019 sur les 17 millions de ménages les plus faiblement imposés, et d’éviter qu’elle profite aux ménages les plus aisés (imposables dans les tranches du barème à 41 % et 45 %).

Extension de la décote

La décote d’impôt accordée aux foyers faiblement imposés va être aménagée, ce qui permettra d’en faire bénéficier davantage de contribuables. Son champ d’application sera étendu à tous les foyers dont l’impôt brut (calculé sur les revenus de 2020) est inférieur à 1 720 € (pour les célibataires) ou 2 847 € (pour les couples), alors que, cette année, elle a profité aux foyers dont l’impôt brut (calculé sur les revenus de 2019) était inférieur à 1 611 € ou 2 653 €.

Autre changement, la décote sera égale à la différence entre 779 € (célibataire) ou 1 289 € (couple) et 45,25 % de votre impôt brut en 2021, alors qu’elle était égale à la différence entre 1 208 € ou 1 990 € et 75 % de votre impôt brut en 2020. Résultat, si vous êtes célibataire et déclarez 25 000 € de revenus imposables, vous paierez 486 € d’impôt de moins en 2021 qu’en 2020, grâce aux modifications de la décote et du barème de l’impôt.

Exonération des primes « Covid »

L’État a décidé d’exonérer d’impôt, dans la limite de 1 500 €, les primes « Covid » versées en 2020 aux salariés des secteurs de la santé, du social et du médico-social. L’exonération sera totale pour les primes versées aux agents de la fonction publique mobilisés dans le cadre de l’état d’urgence sanitaire et celles versées aux militaires engagés dans l’opération « Résilience » (opération destinée à soutenir les services publics pour faire face à l’épidémie). Les aides du fonds de solidarité accordées aux travailleurs indépendants et aux dirigeants de sociétés pour compenser leurs pertes de chiffre d’affaires échapperont aussi à l’impôt, de même que les aides versées par le Conseil de la protection sociale des travailleurs indépendants. Enfin, pour les salariés qui ont effectué des heures supplémentaires (ou complémentaires pour ceux qui travaillent à temps partiel) entre le 16 mars et le 10 juillet 2020, le plafond annuel d’exonération des rémunérations correspondantes sera porté de 5 000 € à 7 500 €.

Assouplissement du régime des prestations compensatoires

L’ex-époux condamné à verser une prestation compensatoire a droit à une réduction d’impôt si elle est liquidée sous la forme d’un capital (et non d’une rente) dans un délai maximal de 12 mois suivant le prononcé du divorce. Le projet de loi de finances pour 2021 prévoit d’accorder le même avantage au débiteur d’une prestation compensatoire liquidée pour partie en capital et pour partie en rente, sur la partie en capital, s’il est versé sur 12 mois au plus. Jusqu’à présent, les prestations mixtes n’ouvraient droit à aucun bonus fiscal. Le projet de loi prévoit aussi qu’en cas de séparation de fait des époux (sans décision de justice), celui qui verse volontairement de l’argent à l’autre au titre de sa contribution aux charges du mariage pourra déduire les sommes versées de ses revenus imposables, dès lors que les époux sont imposés séparément. Jusqu’à présent, seuls les versements décidés judiciairement étaient déductibles.

Réévaluation de l’abattement « personnes âgées ou invalides »

L’abattement accordé aux contribuables âgés de plus de 65 ans ou invalides de condition modeste va être revalorisé de 0,2 %. Son montant sera égal à 2 446 € pour ceux dont le revenu imposable de 2020 ne dépasse pas 15 340 € et à 1 224 € pour ceux dont le revenu imposable est compris entre 15 341 et 24 690 €. Les couples mariés ou pacsés dont le revenu imposable respecte ces plafonds et dont les deux membres sont âgés de plus de 65 ans ou invalides auront droit à un abattement doublé.

Création d’un crédit d’impôt pour les bornes électriques

Les contribuables qui feront installer un système de charge pour véhicule électrique par un professionnel dans leur résidence principale et/ou leur résidence secondaire entre 2021 et 2023 auront droit à un crédit d’impôt. Son montant sera égal à 75 % des dépenses d’acquisition et de pose, et il sera plafonné à 300 € par système de charge. Pour un même logement, le bénéfice du crédit d’impôt sera limité à un système de charge pour les célibataires et à deux systèmes pour les couples soumis à imposition commune. L’avantage obtenu sera imputable sur les impôts dus au titre de l’année du paiement de la dépense, et l’excédent éventuel sera remboursé par le fisc.

Bon à savoir : l’économie de certaines réductions d’impôt et de certains crédits d’impôt est modifiée pour les dépenses payées en 2020. Pour en savoir plus, consultez notre article Réductions d’impôt, ce qui change en 2020.

Le paiement de vos impôts 2021

La plupart des revenus perçus en 2020 ont déjà supporté l’impôt avec le prélèvement à la source. Vos salaires et vos pensions de retraite ont été soumis à une retenue à la source prélevée par votre employeur et vos caisses de retraite, vos bénéfices professionnels et vos loyers à un acompte d’impôt prélevé par le fisc sur votre compte bancaire chaque mois ou chaque trimestre. L’impôt qui sera calculé par le fisc sur ces mêmes revenus l’an prochain, à partir de la déclaration que vous déposerez en mai ou juin 2021, sera comparé aux prélèvements à la source payés en 2020. Si le solde est négatif, l’impôt à la source payé en trop cette année vous sera remboursé au cours de l’été 2021. S’il est positif, vous devrez payer un complément d’impôt entre septembre et décembre 2021.

Le partage, est utile pour tous